Page Précédente Page Suivante Table des matières

1. Introduction

Un son n'est qu'une onde. Pour la convertir en signal numérique, il faut capturer certains points de cette onde que l'on appelle échantillons. Les échantillons rendent compte du mouvement de l'onde. Plus il y a de points, plus la retranscription est fidèle. On appelle cette technique échantillonnage. Le taux d'échantillonnage s'évalue en kilohertz.

Le téléphone classique est échantillonné à 8 kHz, soit 8.000 échantillons par seconde.

D'après le théorème de Nyquist, on considère qu'un bon échantillonnage doit être au moins le double de la fréquence la plus élevée du signal à échantillonner.

Notre cerveau ne perçoit par les signaux au-delà de 22 kHz. C'est pour cette raison qu'il a été choisi 44 kHz pour la fréquence d'échantillonnage des disques laser audio.

A un niveau moindre, les fréquences les plus hautes (les sons les plus aigus) tendent à être étouffés, tandis que du bruit apparaît dans les fréquences les plus basses.

Il existe un autre paramètre qui caractérise la qualité de l'échantillonnage, c'est la résolution, ou le nombre de bits utilisés par chaque échantillon.

A cela s'ajoute la possibilité d'enregistrer en mono ou en stéréo. Pour reprendre l'exemple du CD-audio, il est utilisé 16 bits pour coder l'information sonore.

Les volumes nécessaires à une transcription numérique de qualité d'un signal sonore rendent son stockage possible sur un CD, mais son transport difficile sur Internet.

On utilise la compression pour diminuer le nombre de bits nécessaires à la qualification de l'information.

Nous traiterons dans ce document le téléphone sur IP d'utilisateur à utilisateur (IP vers IP), le fax sur IP et les interconnexions entre les réseaux téléphoniques classique et l'Internet en abordant la normalisation, les sociétés sur le marché et les produits disponibles.


Page Précédente Page Suivante Table des matières
© 1997 Tristan Debeaupuis - Hervé Schauer Consultants